Pour mon intérieur, comme pour celui des autres, j'aime créer des ambiances accueillantes et apaisantes, élégantes et raffinées, qui soient sources de bien-être pour tous ceux qui y vivent.

Pour moi, rien n'est ainsi plus chaleureux et intimiste qu'une jolie lumière tamisée diffusée par de nombreuses lampes judicieusement réparties dans les pièces d'habitation. 

Il y a quelques années de cela, je me suis donc inscrite à des cours de confection d'abat-jours pour acquérir les techniques qui me permettraient de les réaliser moi-même. J'ai alors trouvé mon bonheur dans un petit atelier qui avait également comme particularité de fabriquer sur mesure les armatures de ces objets de décoration.

Au fil du temps, j'ai créé mes propres abat-jours, qui ornent désormais notre séjour (et celui d'autres intérieurs), juchés sur des pieds de lampe aux formes et matériaux bien différents les uns des autres...

Abat-jour 1

Sur cette ancienne lampe à pétrole en laiton, j'ai ainsi confectionné cet abat-jour de forme conique avec un tissu en soie sauvage collé sur un support en polyphane. Pour assurer une finition parfaite, j'ai ensuite bordé ses arêtes circulaires avec un biais du même tissu surmonté d'une soutache.

Abat-jour 6

Celui-ci, monté sur un joli bougeoir en métal argenté, a également été confectionné avec un pongé de soie que j'ai soigneusement froncé, avant de procéder à la méticuleuse opération de collage du galon de finition sur les arêtes circulaires. 

Abat-jour 2 Abat-jour 3

Cet autre, en forme de pagode, est juché sur un élégant pied de lampe en verre Daum. J'ai tendu et cousu le satin de soie sur les armatures, puis collé un galon ton sur ton sur les arêtes circulaires et verticales.

Abat-jour 4 Abat-jour 5

Enfin, celui-là, de par le doux tamisage de la lumière qu'il procure, me fait irrésistiblement penser aux ancêtres des abat-jours domestiques que l'on appelait, à partir du XIV ème siècle, des " écrans de lumière", ou encore, à partir du XVII ème siècle, des "garde-vue". Ils étaient composés, à l'époque, d'un panneau de verre, de tissu ou de papier qui diffusait un doux rayonnement tout en coulissant sur une tige à mesure que la bougie se consumait. Je l'ai confectionné, comme les autres, avec de la soie, la doublure intérieure étant, quant à elle, exécutée avec du bemberg.

Abat-jour 7 Abat-jour 8

Tous ces chaleureux éclairages nous permettront de passer confortablement les longues soirées hivernales qui s'annoncent...

Je vous souhaite une bonne et douce fin de week-end et vous dis à très bientôt, en vous remerciant encore de tout cœur pour votre fidélité !