L'été est actuellement un vrai sujet de conversation ! Pas un seul jour ne passe sans que les médias ne se penchent sur ce sujet de préoccupation nationale et ne nous décrivent un avenir toujours plus chaud, annonciateur de transformations majeures dans nos modes de vie, de production et de consommation. Moi qui aime tant voir les immenses champs de blé onduler sous le souffle léger du vent, dois-je me préparer, à contrecoeur, à devoir un jour contempler à leur place des étendues de sorgo, cette plante d'origine africaine à l'aspect bien moins délicat ?

Nous n'en sommes heureusement pas encore là et j'ai, cette semaine, confectionné deux petites trousses portant fièrement un joli épi de blé que je sèmerai, comme cadeaux, chez deux amies que je reverrai avec joie lors de mes pérégrinations estivales...

Duo de trousses Epi de blé

A l'intérieur de mon champ de blé, se cache un autre champ abritant une myriade de petites fleurs multicolores... 

Duo de trousses Epi de blé détails

Pour clore ce petit billet estival, je ne résiste pas à vous livrer ce joli poème du XVI ème siècle écrit par Joachim du Bellay, "D'un vanneur de blé au vent", qui rejoint tous ceux et toutes celles qui, comme moi, aiment contempler la danse des épis de blé sous le vent, cette "troupe légère" qui par le monde vole... 

"A vous, troupe légère,

Qui d’aile passagère
Par le monde volez,
Et d’un sifflant murmure
L’ombrageuse verdure
Doucement ébranlez,

J’offre ces violettes,
Ces lis et ces fleurettes,
Et ces roses ici,
Ces vermeillettes roses,
Tout fraîchement écloses,
Et ces oeillets aussi.

De votre douce haleine
Éventez cette plaine,
Éventez ce séjour,
Cependant que j’ahanne
A mon blé que je vanne
A la chaleur du jour".

Je vous souhaite un beau dimanche et une douce nouvelle semaine, ainsi que d'agréables et reposantes vacances pour toutes celles qui en profitent déjà ou qui s'apprêtent à en prendre !

A très bientôt, pour de nouvelles créations !

Avec toute mon amitié,

Véronice.